Les rendez-vous du mois de janvier

Les lundis de la mer :

Le lundi 27 janvier à 18h30 à la station Ifremer,  8 boulevard François Toullec à Lorient. Innovations pour une pêche durable. Par Pascal LARNAUD, technologiste des pêches au laboratoire de technologie et de biologie halieutiques et chef de la station Ifremer Lorient, Thomas RIMAUD, chargé de mission à l'AGLIA, et un patron pêcheur.

Retrouvez le résumé de présentation de chaque rencontre sur le site : www.ccstilorient.org

L’association « Carrefour des Humanités Paul Ricœur » propose :

Le jeudi 23 janvier à 20h : Trous noirs : de la théorie aux observations par Éric Gourgoulhon (LUTH - Observatoire de Paris, CNRS).

En savoir plus.

La formation Aménagement et développement des territoires maritimes et littoraux a 15 ans !

Les étudiants de la formation "Aménagement et développement des territoires maritimes et littoraux" à Lorient organisent leur séminaire annuel les jeudi 30 et vendredi 31 janvier 2014 à l'Université de Bretagne Sud, au "Paquebot" 4, rue Jean Zay à Lorient.
Ce sera aussi l'occasion de fêter les 15 ans de la formation avec les anciens étudiants.
Au programme :
- jeudi 30  janvier à 18 h : Projection du film "doléances berlinoises"de Patrick Grouazel.
- vendredi 31 janvier de 9 h 45 à 12 h 30 : rencontre débat "Aménager, développer, préserver : quelles options ? quels arbitrages aujourd'hui ?

Renseignements et inscription : 15ans.formationadtml.ubs@gmail.com

Sciences & Mer

Portrait : Benoît VINCENT, ingénieur/chercheur en technologie halieutique

"Initialement ingénieur généraliste je me suis spécialisé en hydrodynamique navale. J'ai ensuite fait un doctorat en hydrodynamique numérique.  J'exerce ce métier atypique d'ingénieur/chercheur en technologie halieutique à la station Ifremer de Lorient.
Je créé des outils d’aide à la conception d’engins de pêche pour des pratiques durables : optimisation énergétique, réduction des impacts des engins sur les fonds marins et sécurité des personnes. J’ai notamment développé le logiciel DynamiT pour la simulation des chaluts, vendu à l'international, et mis au point le concept JUMPER en 2007.
Une part de mon temps est consacrée aux essais en bassin et en mer. J’utilise différents logiciels, mais surtout des outils développés en interne, fruits de collaborations avec des labos universitaires et en constante évolution. Il y a donc une très large part d’initiative en synergie avec les collègues du laboratoire, les équipementiers et les armements associés aux projets.
Cette possibilité d’être créatif et innovant est intéressante pour moi, en particulier dans le secteur maritime, mais le métier requiert de la rigueur et le pragmatisme est essentiel !"

Projet JUMPER - prototype de panneau de chalut à faible impact.

Remorqué par un navire, le chalut de fond est un filet de pêche de forme conique associé à des panneaux qui assurent son ouverture horizontale et le lestage. Le projet JUMPER vise à optimiser un prototype de panneau peu impactant sur l’environnement et économe en carburant ainsi qu’à développer un système d'évaluation du contact du panneau sur le fond (monitoring). Ce panneau crée en effet un mouvement de bascule dès qu’il touche le fond, ce qui lui permet de s'autoporter et de réduire sa force d'appui sur le fond, jusqu'à voler au dessus du fond la plupart du temps et donc quasiment d'annuler son impact.
Les premiers essais en bassin et en mer initiés en 2007 dans le cadre de deux projets (Degree et Optipêche) ont montré le bon fonctionnement et l’efficacité de ce prototype. Pour valider son intérêt et concrétiser son application industrielle, l’objectif du projet est d’adapter le panneau JUMPER pour permettre son utilisation en condition de travail professionnel pour plusieurs tailles de navires et différentes pêcheries.

Le projet est porté par le Comité National des Pêches (CNPMEM) en partenariat avec l'Ifremer et la société Morgère. Labellisé par le Pôle mer Bretagne, il est financé dans le cadre de l’appel à projets "sélectivité et économie d'énergie" de France Filière Pêche et s'inscrit dans le cadre de l'engagement pris par les professionnels lors du Grenelle de la mer de réduire l’impact du chalut sur le fond.

Pour en savoir plus.