A vos agendas !

Planète-conférences : le Littoral: peut-il être fixé ?

Le mardi 14 novembre, conférence proposé par l’Université Bretagne Sud, à Vannes.

Comme tout système naturel, le littoral est dynamique
Depuis la nuit des temps le niveau marin va et vient engendrant la métamorphose des continents. L’humain, arrivé depuis peu sur Terre, a vu dans les écosystèmes littoraux et marins une formidable richesse en terme de ressources (alimentation, matériaux, énergies, loisirs, transports…) et s’est empressé de l’exploiter. Autrefois réservé à des catégories sociales basse, le littoral était principalement colonisé par des pêcheurs dont les cahutes de fortunes étaient facilement détruites par les tempêtes. Avec l’ère industrielle, les guerres du 20ème siècle et l’intérêt touristique soudain pour le littoral, l’interface terre-mer a subi de lourdes modifications anthropiques pour adapter sa nature indomptable aux caprices de l’humain. Marinas, ports, industries, barrages, exploitations de sédiments, exportation des algues échouées, tourisme de masse… des villes entières se sont construites sur le littoral en tentant d’être toujours au plus près de la mer mais en oubliant ses mouvements naturels. Aujourd’hui, 50% des habitants de la planète vivent en zone côtière, ils seront 75% en 2035. La hausse naturelle mais précipitée du niveau marin modifie et continuera de modifier le visage de l’interface terre-mer en dépit de l’humain. C’est à nous de continuer à comprendre, d’étudier la dynamique du littoral pour s’y adapter. Ce n’est plus une question de temps car le processus est déjà en place, mais d’éducation. La majorité des citoyens ne connait pas les enjeux et la fragilité de nos milieux littoraux.

Surveillance de l’évolution du littoral dans le Morbihan
Ainsi, le Laboratoire Géosciences Océan a mis en place les sciences participatives relatives à la surveillance de l’évolution du littoral dans le Morbihan, l’Observatoire Citoyen du Littoral Morbihannais (OCLM). Ce projet permet d’amener le citoyen lambda à observer par ses propres mesures les variations morphologiques d’une ou plusieurs plages. Ainsi il peut, grâce à des formations rapides et faciles, appréhender le recul du trait de côte de ses propres yeux. Des protocoles scientifiques, mais simples en pratiques, leurs sont distribués et expliqués pour aller sur le terrain récolter les précieuses données qui permettront, suite à leurs analyses, d’adapter et d’améliorer la gestion d’un site en fonction de sa dynamique naturelle. 

 

Par Mouncef SEDRATI, Maître de conférences à l'Université Bretagne Sud et chercheur au laboratoire Géosciences Océan, et Julia COCHET, Ingénieur au laboratoire Géosciences Océan.

Le mardi 14 novembre à 20h au campus de Tohannic à Vannes (Amphithéâtre 250, Faculté Droit Sciences Économiques & Gestion).

En savoir plus.

Retour
novembre 2017