A vos agendas !

Peut-on faire de l’histoire du sensible pour l’Antiquité ou quand les sens s’invitent à la fête ?

Le mardi 7 mars dans le cadre des mardis de la recherche proposés par l'Université Bretagne Sud.

 

De nouvelles pistes de réflexion, sur le corps, le paysage et la sensorialité.

Les travaux fondateurs d’Alain Corbin sur l’histoire du sensible ont ouvert de nouvelles pistes de réflexion, sur le corps, le paysage et la sensorialité. Cependant, les sources en histoire ancienne ne sont pas aussi larges que celles des périodes plus récentes, laissant souvent peu de place au ressenti des individus. Pourtant, il est possible de tenter une lecture sensorielle de l’Antiquité, au travers de certaines pratiques rituelles, en particulier le sacrifice, qui met en action l’ensemble des sens des fidèles mais aussi des divinités. La polysensorialité permet d’éclairer autrement l’histoire de la religion grecque.

Par Véronique MELH, maître de conférences en Histoire ancienne, Centre de Recherches Historiques de l'Ouest, Université Bretagne Sud.

Mardi 7 mars 2017 à 18 h 30 - Entrée libre.
Lieu : Maison de la Recherche, Faculté des Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sociales (Paquebot), Université Bretagne Sud – Lorient.

En savoir plus.

 

Retour
février 2017